De teufeuse en Bretagne à Dominator, Hysta nous raconte son parcours

Hysta - Insane Festival 2022

Hysta - Insane Festival 2022

A l'occasion de l'Insane Festival 2022, nous avons pu poser quelques questions à notre française Hysta. On vous laisse découvrir cette artiste, de son enfance sur un voilier à son booking à Dominator.

 

Pour commencer, est-ce que tu peux te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

 

Bonjour, je m'appelle Thaïs, mon nom de scène c'est Hysta et je suis DJ/producteur Hardcore.

 

Du haut de tes 24 ans, tu es l'étoile montante du Hardcore français, ça fait quoi d'avoir ce rôle aussi jeune ?

 

C'est un peu bizarre, je pense que je ne réalise pas trop car les choses vont très vite donc ça fait vraiment bizarre encore. 

On connait ton passé de DJ en rave party, comment es-tu passé de teufeuse en Bretagne à Dominator, le plus gros festival Hardcore au monde ?

 

Et bien ça s'est fait sur plusieurs années puisque maintenant, ça fait presque 8 ans que j'ai commencé à mixer. J'ai quand même fait pas mal d'année juste dans les teufs et au final j'ai eu assez vite des dates en club donc que ce soit au tout début du Warehouse, le Macadam anciennement Club 25, au Floride, au Mojito Club, … Ca a vraiment commencé sur Nantes et au bout d'un moment j'ai eu envie de changer car dans le monde de la teuf j'avais fait un peu le tour et donc je suis parti en Suisse où j'ai pu commencer à mixer là-bas. Je suis également parti en République-Tchèque donc j'ai aussi commencé à jouer là-bas et après c'est allez un peu partout dans le reste de l'Europe. Pendant le confinement je suis retournée vivre en France et c'est là que ça a vraiment explosé en France et maintenant dans le reste de l'Europe.

On te voit tourner un peu partout en Europe que ce soit en Croatie, Suisse, République-Tchèque, … comment vis-tu ce rythme de vie ?

 

Moi j'adore ! J'ai grandit sur un voilier avec ma maman à traverser le monde et j'ai grandi en Amérique du Sud donc en fait j'ai jamais fait plus de 2 ans au même endroit, on a toujours bougé tout le temps. J'ai un peu de mal avec la stabilité donc bouger tout le temps, moi j'adore ça !

Ta track Game Changer avec X-Pander vient de cumuler 1 million d'écoutes, est-ce que tu t'attendais à un tel succès et quel est ton secret pour faire des tracks aussi réussies ?

 

Je ne m'attendais pas à ce qu'elle marche autant. Tout a commencé sur le label Cawfee Break, le label de Remzcore où il a produit une track avec X-Pander et je ne le connaissais pas. Donc moi timide, j'ai juste écrit à Remzcore “J'aimerais trop faire une collab avec lui, tu penses que tu peux lui demander ?” Et finalement Rémy (Remzcore ndlr) nous a mis en contact et le feeling est super bien passé. J'ai un petit bloc note où je note plein d'idée de track et je lui ai proposé “Game Changer” car c'est une idée que je voulais faire depuis longtemps et du coup avec X-Pander, on a trouvé une super vocaliste qui nous a écrit de belles paroles. On a bossé tous les 2 ensembles sur la track et on est super content du résultat. Mais c'est clair qu'on ne s'attendait pas à ce qu'il y ai autant de retour sur ce morceau.

Tu as signé régulièrement des tracks sur de gros labels hollandais comme Masters of Hardcore, que penses-tu de nos labels français comme Karnage sur lequel tu as déjà signé et as-tu des projets avec eux ?

 

Alors Karnage ça fait un moment car j'étais rentré en contact avec eux en 2018 ou 2019, j'avais fait un DJ contest que j'avais gagné et comme j'habitais encore en Suisse à ce moment-là, j'ai pris mon billet d'avion, je prends mon Airbnb, je viens mixer là-bas, je les rencontre et ça c'est super bien passé et puis la boss de Karnage, Céline, m'a proposé de sortir un EP dessus, et on a sorti l'EP. Depuis on reste toujours en contact car ce sont des personnes que j'apprécie beaucoup. 

Avec quels artistes aimerais-tu collaborer si ce n'est pas déjà fait et pourquoi ?

 

Je dirais dans mon top 3 : Promo, Korsakoff et N-Vitral.

 

Tu viens juste de quitter la France pour t'installer à Amsterdam, qu'elles sont les raisons qui t'ont motivé à aller vivre au pays du Hardcore ?

 

Alors je dirais la première raison, c'est qu'en Bretagne j'étais très loin de l'aéroport donc cette année ça a été très compliqué parce que j'avais quasiment 3 heures de trajet juste pour aller à l'aéroport. J'avais rarement des avions directs donc tous les week-ends je faisais facilement 10 heures aller et 10 heures retour quand ce n'était pas plus. Quand tu fais ça pendant 1 an, tous les week-ends, ça devient vite difficile. Là j'ai trouvé un appartement à 10 minutes de l'aéroport et puis surtout parce qu'en Bretagne je n'avais personne autour de moi. Là je peux voir des copains, je peux faire du son, je peux faire plein de choses. C'est toujours cool de savoir que lorsque tu rentres de booking, tu ne vas pas passer une semaine toute seule devant ton ordi mais que tu peux voir du monde et partager des choses avec des gens.

Il y a quelques mois, nous étions venus voir ton b2b avec Furyan au Red Club et dans 3 semaines vous recommencerez cette prestation lors de l'Elektric Park, comment préparez-vous cette nouvelle date ? 

 

Alors on est en train de travailler sur une nouvelle collab pour cette date. On espère pouvoir faire en sorte qu'elle soit prête ou au moins mixable pour cette date et sinon on va forcément préparer une très grosse sélection de track pour le b2b.

Ces derniers temps tu as joué à l'Electr'au Dub Festival, au Hard Mess Festival, au Chronicle Festival ou encore au Warehouse Nantes, comment trouves-tu le public français par rapport à ce que tu as pu expérimenter à Dominator ? 

 

Le public français est complétement déjanté. Il est super expressif, il est super réactif. Après, chaque pays à vraiment une énergie différente mais c'est vrai que le public français est particulièrement survolté.

 

Est-ce que tu as un dernier mot à dire à nos abonnés ?

 

Continuez de soutenir ce qui se fait en France : les organisateurs, les producteurs, les labels, … car on a besoin de votre soutien !

Hysta - Hard Mess Festival 2022

Un grand merci à Hysta pour cette très belle interview. On vous invite bien évidemment à aller la suivre sur Facebook, Instagram, Tik Tok, Youtube ainsi que tous ses autres réseaux afin de suivre toute son actu.

A propos de l'auteur
Image de profil de Anthony

Anthony


Rédacteur



Image agrandie